Films sur Louis Mandrin

Plusieurs films, téléfilms en K7 VHS ou en DVD relatant la vie de Louis Mandrin ont été diffusés dans le commerce. Certains d'entre eux (plus d'infos ci-dessous) sont encore disponible à la vente... !

Bien que de nombreux événements concernant le brigand y ont été romancés en occultant parfois la vérité historique, on éprouve un grand plaisir à retrouver Mandrin et sa cavalerie. Une manière agréable de découvrir l'histoire de Mandrin. Pour en apprendre davantage, la lecture d'un livre de référence sur le sujet est bien sûr conseillée.

Les Chants de Mandrin

Film sorti au cinéma le 25 Janvier 2012. Suite à l'éxécution de Louis Mandrin, célèbre contrebandier qui sévissait dans la France pré révolu...

Lire la suite

Mandrin, bandit d'honneur (1972)

Téléfilm avec Pierre Fabre dans le rôle de Mandrin. Ce feuilleton a été diffusé pour la première fois sur la 2e chaîne de l'ORTF, tous les sam...

Lire la suite

Mandrin met le feu aux poudres (1962)

Film avec Georges Riviere dans le rôle de Mandrin. Le scénario est inspiré du roman d'Arthur Bernède paru aux Éditions Fayard. Ce film d'une dur...

Lire la suite

Le chevalier sans loi (1951)

Film avec Raf VALLONE, acteur italien, dans le rôle de Mandrin. Il dure une heure et trente minutes et a été réalisé en 1951 par Mario Soldati. ...

Lire la suite

Mandrin, le libérateur (1948)

Film avec José Noguéro dans le rôle de Mandrin. Ce film réalisé par René Jayet en 1948 est constitué de deux parties : Mandrin 1ère époque :...

Lire la suite

Mandrin (1924)

Film avec Romuald Joubé dans le rôle de Mandrin Le premier film réalisé sur Mandrin ! Il s'agit d'unfilm muet qui est sorti en salle en France le...

Lire la suite

Commentaires et annonces (11)

Publié par e-ultreia le mardi 22 octobre 2013 à 14:38

Bonjour

Jean Marc Peteau préparerait un nouveau film, sur les lieux mêmes où s'est produit l'histoire. Le casting serait lancé.

A suivre.

Publié par le lundi 07 mai 2012 à 22:14

Bonsoir,
Qui pourrai me renseigner où je pourrais trouver le film sur Louis Mandrin ?
Merci à tous.

Publié par delpoux helene le samedi 07 janvier 2012 à 20:36

Bonsoir, Je voudrais savoir ou l'on peut trouver le film qui relate l'histoire de mandrin, existe t-il en DVD. Merci de me répondre sur mon e mail.
A bientôt Hélène.

Publié par PEPONE le lundi 14 novembre 2011 à 21:29

A l'heure ou France 5 diffuse Gaspard le bandit, je ne peux qu'avoir une pensée pour ce héros révolutionnaire qu'à pu être Mandrin, précurseur de Bono et autre Carlos qui ont eu ce dégout de l'emprise des états.
Vive la sociale à bas la calotte.

Publié par niconemo le vendredi 05 novembre 2010 à 12:23

Je suis assez d'accord.

Et je pense aussi que le livre de Corinne Townley souffre un peu d'un angle d'attaque un peu aigu (en tout cas si on s'attend à lire "La véritable histoire de Mandrin".

Mais il n'en reste pas moins que mis en perspective avec toute la littérature antérieure sur Mandrin (qui, grosso-modo, se contentait de développer et documenter sur la trame proposée par Funck-Brentano) on obtient une image différente.

Un peu comme si on ne connais que le profil gauche d'une personne et qu'on en découvre le profil droit. On découvre un autre visage qui n'est ni le profil gauche, ni le profil droit et qui pourtant est les deux.

Par contre j'ai vraiment du mal à comparer la situation actuelle avec celle du milieu du XVIIIe siècle… Ou alors pour une comparaison par les contraires.

Publié par berlan le lundi 25 octobre 2010 à 09:33

Le livre de Corinne Townley est, certes, intéressant dans la mesure où il s'appuie sur les archives judiciaires du Sénat de Savoie. Mais, comme cela a été dit, l'optique de l'auteur, angle d'attaque de l'histoire "des mandrins" n'est pas neutre dans le récit. S'il est vrai que ces contrebandiers ressemblaient plus à des équipes de mauvais garçons que des bienfaiteurs de l'humanité, l'auteur semble zapper le contexte de la société savoyarde comme celui de la société française de cette époque. La Savoie sort d'une occupation espagnole terrible de sept années, laissant un territoire livré à lui-même, dans une misère réelle et une absence quasi- totale d'administration régulière (police, douane, justice,....). La France, quant à elle, est gangrénée par les Fermes Générales. Et ceci explique l'excellent accueil des contrebandiers par les masses populaires françaises sur les foires et marchés de Bourgogne ou d'Auvergne. Lorsque l'on adopte la philosophie ultralibérale en vogue actuellement, il va de soi que l'on peut difficilement accepter de montrer les fermiers sous un mauvais jour. En effet, la collecte des impôts n'était ni plus ni moins qu'un service public régi par les lois du sacro- saint "marché", en principe mis en concurrence, en réalité monopolisé par les pires brigands du Royaume et que l'on nommait "Fermiers Généraux". Et quand on sait que ces brigands officiels possédaient le droit de lever une milice et de faire appel à l'armée royale !!..... "Les Mandrins" n'ont été, somme toute, que les sous-produits d'une situation politique et économique des régimes monarchiques en déliquescence en ce milieu de XVIIIème siècle. Ce que l'auteur oublie de préciser en présentant ces hommes de misère sous l'angle unique de la délinquance. La situation actuelle de la planète, gangrénée par un libéralisme forcené, ne présenterait-elle pas quelques similitudes ?

Publié par niconemo le lundi 14 septembre 2009 à 17:21

Moi de même.

Et c'est vrai qu'une oeuvre sur Mandrin, à moins qu'elle soit un pur mémoire d'historien (et encore…) choisira forcément un angle d'attaque un peu partial et, en tout cas sujet à caution.

C'est finalement tout ce qui fait le charme de ce genre de personnages.

Mandrin réglait une affaire personnelle certes (et pécunière aussi), mais il a dès le début de sa courte aventure (et peut-être avant puisque son entrée brutale en contrebande est un mythe *). Mais le dégager de toute visée politique est un peu rapide. Déjà, on peut déduire de plusieurs éléments, qu'il rêvait de hautes responsabilités, un poste d'officier, par exemple. Il ne voulait pas être considéré comme un bandit mais comme un homme en lutte pour son roi et contre la Ferme. De plus il a cotoyé et été hébergé (et peut être été manipulé ou influencé) par une inteligencia internationale réfugiée ou exilée dans ces zones frontières (Chateaux en Savoie, salons de Genève, Voltaire...). Ange Goudard, lui-même indésirable en France, fréquentait les mêmes types de milieu à la même époque et il était dans une région proche (à Avignon) !

  • Lire par exemple La véritable histoire de Mandrin de Corinne Townley elle voit plutôt les Mandrins comme une famille de mafieux, mais, ce qui est intéressant, se base sur des documents Savoyards (la Savoie n'était pas française à l'époque) ce qui donne un tout autre jour à la jeunesse de Mandrin. En particulier un trou de quelques années dans sa vie entre l'histoire des Mules et sa première campagne, qu'on a pris l'habitude d'appeler en France une retraite" (c'est plus joli que "lacune documentaire"). Pendant cette soit disant retraite, Mandrin était déjà bien actif et peaufinait son réseau.

Je ne sais pas qui était Mandrin. Mais ce qui est sur c'est qu'on est très loin d'en avoir fait le tour !

Publié par e-ultreia le samedi 13 juin 2009 à 23:30

Cher Niconemo, ce n'est pas du jeu. Alors c'est ainsi qu'on hypnotise le bon peuple, en induisant la transe par la confusion?

Mandrin fait parti de ces personnages qui échapent à toutes étiquettes ( et à tous controles). Il réglait une affaire personnelle et n'a jamais proposé un système de remplacement. Mais dés sa mort, un certain Ange Goudard chercha à le récupérer, déja.

Les documents dont nous disposons ne nous permettent pas de connaitre vraiment le personnage. La plupart des traits de caractères sont tirés d'une chanson, la Mandrinade. Un film sur lui ne peut qu'être partial. Et je suis curieuse de voir comment, à l'heure actuelle, cette partialité sera négociée.

Publié par niconemo le lundi 08 juin 2009 à 12:46

Contrairement à l'image qu'on en donne souvent, techniquement, selon nos critères actuels, Mandrin serait plutôt un libéral (la distinction entre libéral et libertaire est très récente, très discutable et typiquement française).

L'idéologie autour de Mandrin prônait en gros la suppression des lourdeurs administratives (fonctionnaires "parasites" de la ferme qui prélevaient un impot sur le pauvre peuple dont la plus grande partie servait à financer son propre fonctionnement) et un libre échange. Ce qui était sans doute compréhensible, à l'époque…

Ramené à notre époque démocratique et républicaine (avec une mutualisation des ressources par l'impot et des services publics pour garantir l'égalité) et sous la houlette d'un militant politique, sans vouloir, entrer dans des considérations trop polémiques, ça risque de prendre un sens tout particulier…

;-)

Publié par e-ultreia le jeudi 26 mars 2009 à 18:02

Ahhhhhh ??????? Dans cette période d'instabilité économique et sociale ça pourrait être intéressant. En espérant que ce sera fidèle.

Publié par webmaster le dimanche 22 mars 2009 à 11:45

Une rumeur dit que Frédéric Lefebvre, futur ex porte-parole de l'UMP produira prochainement un film consacré à l'histoire de Mandrin. Pour le moment je n'en sais pas plus.

Publier un commentaire
Traitement en cours. Merci de patienter.
 
 
Connexion